Ail des ours

L’ours, l’ail et la cueilleuse

C’est drôle, la première fois que j’ai entendu parler de l’ail de l’ours, je voyais ça écrit « Aïe de l’ours », j’avais en tête un ours brun des Pyrénées se blessant la patte en cueillant une plante piquante, mon côté Boucle d’or ou Marlaguette peut-être…


L’imaginaire nous emmène loin… mais finalement pas si loin de la réalité.
Lorsque j’ai vu la plante pour la première fois par hasard au détour d’un chemin creux, j’ai su que c’était de l’ail de l’ours, un tapis de touffes verdoyantes avec des tiges de fleurs blanches très fines en étoile. J’ai pris une feuille, je l’ai mâché, un goût d’ail puissant et très vert. Quelle rencontre !

L’ail des ours (Allium ursinum) pousse en Europe, en particulier dans les endroits humides, près des cours d’eau, et même en montagne (jusqu’à 1000 mètres d’altitude). La plante pousse au Printemps jusqu’en juin, elle est nommée Ail des ours car les ours en mangeraient au sortir de leur hibernation, elle est très reconstituante et très riche en vitamine C.
Elle est très utilisée en phytothérapie pour ses propriétés médicinales (vitamine C, amincissante, antiseptique, hypotenseur, aide à la digestion…).
Les celtes lui prêtaient des pouvoirs magiques et comme la gousse d’ail, elle chasse les vampires, qu’on se le dise !

De retour à la maison j’ai trouvé 2, 3 recettes pour de suite profiter de la fraîcheur des feuilles et fleurs dans mon assiette

Tout se mange dans l’ail des ours. Les jeunes feuilles peuvent être utilisées crues comme des pousses d’épinard, en salade, mélangées à des œufs durs pour apaiser un peu le fort goût d’ail. J’ai mixé d’autres feuilles crues et les ai mélangé avec un fromage frais sel et poivre, cela fait une sauce à tremper (ou dipper c’est plus chic) des plus onctueuses et savoureuses. Il paraît qu’en Pesto c’est particulièrement adapté (cf. recette sur le blog culinaire de notre amie Anne Papilles et Pupilles . On peut aussi utiliser les fleurs équeuttées et les parsemer sur une salade, c’est bon et parfumé ! Vous trouverez pleins d’autres recettes en ligne, notamment sur Les Foodies que j’aime assez.

ail des ours_recettes

Quoiqu’il en soit, si vous rencontrez par hasard un tapis d’ail des ours, cueillez en très peu, il en faut peu pour être heureux et pour parfumer vos plats. A moins de vouloir en faire des conserves ou des glaçons à congeler pour l’hiver, ou encore d’exhaler une odeur d’ail pendant 15 jours au risque de vous faire perdre tous vos amis voire petit ami, et là, c’est vous qui voyez !

Il est là le pouvoir magique de cette plante, sa beauté, son goût, ses propriétés bienfaisantes pour l’homme comme pour l’animal. La trouver c’est un cadeau de la nature, un trésor sauvage à (re)connaître et à préserver.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer