Être blogueur, c’est…

Après quelques années d’écriture Web, et surtout depuis qu’avec Mélie on a créé La collection des curieuses, je m’amuse en découvrant que pour certains je suis une « blogueuse ». Waouh ! Moi qui ai toujours rêvé d’être une artiste…

… Avec un U ou pas ?

Ce mot est casse pied, je ne sais jamais comment l’écrire, avec un U, un double G ou bien… Blogger  (en VO), blogueur, blogueuse (en VF), tu écris dans un blog (VO), un blogue (VF), un journal extime (Merci Michel Tournier) ou un cybercarnet (vive le Québec libre !). Bref, il est temps que l’académie française nous propose un joli mot qui fasse rêver à l’instar de Frimousse et Mot-dièse. Des idées ?

… Une ligne sur ton CV

Parce que faire un blog et le tenir éveillé c’est une compétence en soi, oui, voire plusieurs : gestion de projet, écriture web, communication multicanal, travail d’équipe dans notre cas, et pour les plus pointus un peu/beaucoup de connaissances CMS, ou de fonctions de webmestres, analyses statistiques etc…
Être blogueur, surtout, c’est avoir des choses à dire, l’envie et la force de se montrer et de s’exprimer en son nom. C’est pas donné à tout le monde. Être capable de donner de soi, dans un projet complexe et non rémunérateur, dans les réseaux professionnels ça s’affiche, ça se valorise.
Même les blogueurs lifestyle/mode et cie, à défaut des compétences « français : lu, écrit, parlé » peuvent ajouter « commerce » à leurs savoir faire/savoir être (ça c’est la vacherie du billet)

… Parler dans le vide

Être blogueur, c’est accepter d’être une voix parmi d’autres, noyée dans le big data. Ecrire avec modestie, sans attendre de retour, à part éventuellement quelques chiffres de statistiques, un ou deux « like » d’amis fidèles. Apprendre l’humilité quand tu constates qu’un billet que tu as cogité 15 jours avec dedans de l’info et de la réflexion marche « moins bien » qu’un billet coup de gueule que tu as écrit en une demi heure…
Le coup des lol cats quoi. Gérer sa déception face à la vacuité du web et en même temps avoir la satisfaction du travail bien fait.

… Être visible/invisible

Être blogueur, c’est rencontrer pour la première fois une femme influente (elle se reconnaitra 😉 qui t’embrasse comme du bon pain en te disant : « ah Fabienne j’ai l’impression de te connaitre depuis toujours ». Ou ce type qui t’identifie parce qu’il a remarqué telle photo de toi sur ton blog.
C’est un peu déstabilisant, surtout pour les timides, agréable oui, et en même temps tu te dis : ah ouais, je suis identifiée et non pas anonyme comme je le pensais, peut-être même qu’on lit ce que j’écris ! Damned ! Va peut être falloir faire gaffe de pas trop s’exposer, que je dise pas des trucs trop perso tout ça… Trop tard…

… Rester sincère

Être blogueur, c’est être bavard sans parler pour ne rien dire, avoir envie de partager, de discuter, de construire son point de vue par l’écriture. Et du coup s’exposer justement. Expérience intime, certes un peu solitaire, et qui nécessite d’être vrai, d’être soi, parce que le retour vient parfois sous une forme inattendue (voir plus haut), que le dialogue même invisible est engagé et qu’il vaut mieux être porteur de ses idées et de ses valeurs.
En tout cas, nous, on se marre bien !

Êtres blogueurs, unissez-vous !

J’invite en toute convivialité les millions de blogueurs, tous uniques, tous différents, qui liront cet article à partager leurs idées et remarques sur cette question, en laissant pourquoi pas un commentaire ou même plusieurs, soyons fous, à la suite de cet article. Ce serait chouette ! C’est quoi pour vous être blogueur ?