Pisser Debout

Au hasard d’un échange, ma jeune trentenaire de cousine Marinette m’a fait part de ses tests comparatifs de « pisse-debout », accessoire spécialement conçu pour les filles pour -comme son nom l’indique-« pisser debout » !  Parce que figurez-vous les filles en rêvent (si ! si ! ) et le marché commence à nous inonder (sic) de ces petits (ou gros) objets qu’il nous faut découvrir. Avec Marinette, pissons ensemble mes soeurs, dans la joie et la bonne humeur, soyons heureux, pissons joyeux !


J’ai deux sœurs mais surtout quatre frères, et une tripotée de cousins.
J’ai toujours préféré courir dehors, jouer à « PAN ! PAN ! t’es mort ! » et construire des cabanes dans les arbres, plutôt que d’habiller les poupées et de jouer à la dînette.
Et j’ai fait beaucoup, beaucoup de randonnées, essentiellement entourée d’hommes.
Dans une autre vie, j’ai couru les festivals. J’aime la bière, autant dire que boire de la bière et les soirées en plein air quand on est une fille, c’est vite compliqué.
Et même quand tu atteins (enfin !) les toilettes du festival, tu t’aperçois que tu n’es pas la seule personne à avoir bu de la bière.

Freud nous parle du complexe de « la chose en moins »… remarque spontanée à mon prof de philo « mais m’sieur, pourquoi les mecs y-z-ont pas le complexe de « la chose en plus » !!!! » (rires de la classe).

Freud était un gros misogyne, mais on doit lui reconnaître qu’on rêve toutes, depuis qu’on est gamine, de pouvoir faire pipi debout !

marinette

Le test

J’ai donc testé pour vous différents outils pour faire pipi-debout (oui, je n’ai pas grand-chose à faire en ce moment). J’ai d’abord décidé d’acheter un modèle en silicone (GoGirl®). En attendant la livraison par la Poste (toujours un peu lent), j’ai trouvé le modèle en carton (P-mate®). Enfin sur le conseil d’une collègue, j’ai aussi testé le Freelax®.

Premier test : le P-mate
Le modèle en carton simple, aux lignes droites : le bonheur, la joie, la délivrance ! Désormais, je ne comprends plus les hommes qui, naturellement pourvu du bon outil, s’assoient pour pisser. Je me lave les mains, je jette, et j’envoie directement un sms à ma plus grande copine : « Ca y est j’ai fait pipi debout ! C’est troooop bien, cet hiver on essaiera d’écrire notre nom dans la neige ! » Bon … elle s’appelle Clémentine… Passée la première euphorie, avec un prénom pareil, ça risquait d’être compliqué. Le désavantage de ce modèle reste les lignes droites et le côté anguleux. Mince ! Nous ne ressemblons pas à une des Demoiselles d’Avignon. Et puis le côté jetable, ça fait beaucoup de déchets. Et enfin le côté en carton : découper des arbres, pour pouvoir uriner sur d’autres … mouaiiiiiis.

pisse debout PMATE

Deuxième test : le GoGirl
Quelques jours plus tard, « ding, dong ! C’est le facteur, j’ai un colis pour vous ».  La nouveauté est arrivée ! J’avais choisi un modèle soi-disant plus adapté à la morphologie des femmes. La boîte contient un mode d’emploi, que je lis avec attention. Le mode d’emploi m’explique comment placer l’engin, comment tenir la chose et conclut qu’il vaut mieux faire quelques essais avant de se lancer. Oui effectivement, il vaut mieux….C’est vraiment un mec à qui on doit le design de cet objet, un qui n’aurait pas trop vu l’entrejambe des femmes. Bon l’idée du modèle réutilisable est cool mais celui –ci n’est vraiment, vraiment pas pratique. Le tuyau est mal orienté et trop court. Impossible à utiliser sans baisser pantalon et culotte. J’étais encore loin de pouvoir concurrencer frères et cousins.

pisse debout GOGIRL

Bref, cela m’a tout de même permis de développer une théorie sur les hommes qui laissent toujours une goutte sur la cuvette des toilettes. On a tous un petit problème de débit sur la fin, … ceux qui laissent une goutte doivent surestimer très légèrement la distance à laquelle ils sont du centre de la cuvette… ou la taille de leur engin (Moi… Féministe ?)

Troisième test : le Freelax
Pour finir, j’ai eu une discussion à ce sujet avec une de mes collègues (oui, oui on avait en réunion des drôles de discussions qui faisaient rougir notre collaborateur masculin… Quel prude !). Elle, c’est la randonneuse, la voyageuse, la vadrouilleuse, la trekkeuse, la globetrotteuse, bref l’aventurière par excellence ! Avec ses copines, elles ont trouvés LE modèle, celui qui ne quitte plus leurs sacs de rando, celui qu’elles ont en double en cas de perte. Il a changé leur vie, surtout pour le ski de randonnée ou l’escalade. Imaginez devoir faire pipi au milieu d’un immense espace sans le moindre rocher ou petit buisson. Imaginez-vous encordées avec une soudaine envie… Ma collègue m’a confiée « Enfin ! Je ne stresse plus lorsque j’ai une petite envie ». Je l’ai testé aussi, et sans aucun doute ce modèle en silicone dur est simple d’utilisation et pratique à nettoyer.

pisse debout FREELAX

Pour résumer

Si vous voulez remplir proprement un flacon d’urine, utilisez les modèles en carton jetable. Si vous souhaitez un modèle qui prend un minimum de place, tournez-vous vers les modèles en silicone. Si vous souhaitez un modèle pratique et facile à utiliser, choisissez les modèles polypropylène en forme de gouttière. Vous devrez tout de même garder à l’esprit que la plupart des pantalons féminins ont une braguette mal placée pour ce genre d’utilisation, il faudra parfois baisser un peu son pantalon.

Bref, les filles je vous annonce qu’on ne peut toujours pas écrire nos noms dans la neige.  Mais …fini de s’asseoir sur une cuvette dégueulasse, fini de se faire arroser par des toilettes d’autoroute …quel est le c….ard qui a mis un détecteur de mouvement associé à la chasse d’eau des toilettes turques ???!! Quand tu t’accroupis, c’est la crue, quand tu te lèves c’est la crue. Mais je diverge ! Fini les positions acrobatiques au-dessus des cuvettes sales ou dans un sous-bois. Terminée la dictature de notre vessie, terminées les réflexions sur « les pisseuses » ! A nous la bière et les festivals, à nous la randonnée en toute tranquillité,  à nous la liberté et enfin… à nous les concours de celles qui pissent le plus loin !

Marinette

Enregistrer

Enregistrer