Sculpture de Stéphane Piedallu © Stéphane Piedallu

Sur le chemin « des Curieuses »…

Mardi, mon téléphone sonne !

« Pourquoi ne pas poser tes mots chez nous ? Tu as carte blanche, ça te tente ? Viens comme tu es, avec du toi dedans… »… Emu de cette « curieuse invitation », je me suis demandé, pourquoi moi, ici et maintenant ? Vraiment aucune idée.


Peut être parce qu’avant d’être Curieuses, Melie et Fabienne sont des amies… A moins que ça soit parce qu’elles sont curieuses qu’elles sont de mes amies !
Mélie, la brune, une sœur contemporaine qui s’engage pour l’amour de l’art et s’emploie à épater les galeries, pas étonnant qu’elle soit garante de cette COLLECTION.
Fabienne, la blonde, habille d’un parfum maternel, la soif de comprendre et le désir de savoir. Poussée par l’envie, elle est assurément CURIEUSE et sait retenir mon attention, sans doute même la vôtre.

Or, si désormais, leur chemin est tracé, en mode double C, me voilà toujours en train de m’interroger : le Chemin des Curieuses, pourquoi suis-je si décidé à moi-même l’emprunter ?

Photo @Apacom Show 2ème édition - 2014

Certains diront que je suis avide d’aventures et de nouveaux horizons, je leur répondrai : Non, Non Non ! Je ne suis guère vaillant quand il s’agit de relever les défis, mais j’avoue aimer parfois pousser là où la curiosité me perd. N’est-ce pas le fait d’oser qui nous prouve finalement que nous sommes encore vivants ?

A ceux qui pensent que j’aime « le pas banal », que je suis un original… J’aimerais pouvoir leur confier que je rêve en secret, que je désire intensément, me rapprocher d’une confortable normalité. Puis quand d’un coup je me rends compte qu’il est difficile de s’y conformer, je m’accroche à mon unicité et essaye d’apprécier cette épaisseur qui finalement me fait.

Alors soit, au fond, c’est vrai, il assez facile dans la ville comme dans la vie de retenir mon attention et si c’était finalement ça : être Curieux. Loin d’un super héros, en prenant garde de ne pas avoir trop d’égo, je réponds donc à votre invitation :

Si le chemin commence cette année de JANVIER, je pars à la poursuite de mes rêves… Je rugis comme un Fauve ou comme un chien mouillé dans la piscine de Herman Kolgen entre bruits d’eaux, pluie et frissons, corps en perturbations… Ouf, quoi de mieux que plonger dans un bain de mousse, pour se remettre des émotions du mois passé ? Merci Matilde Monier, nous sommes déjà en FEVRIER !

Carte de voeux 2014

 

Je tombe d’un coup sur « Lulu, femme nue », celle qui t’invite à croire que la liberté est une chance à ne pas gâcher… Dur dur quand on entend le vent des intermittents qui commence à gronder… Avec prudence j’ai préféré comprendre avant de m’élancer. Aujourd’hui, je crie bien fort : « rendez leur la liberté de créer ! ».

 

En MARS, bienvenue dans ma tribu : je me sens Apache ou bien Aborigène, je vois la vie non plus comme un combat mais plutôt comme l’art d’un rituel qui apaise. Je me sens léger dans l’air de Pneuma, d’un blanc pur où l’émotion peut à elle seule incarner le sens… Puis d’un coup, pour défendre les Femmes, je fonce mettre du rose pour soutenir la bonne cause.

illustration © Claire Lupiac

 

1er AVRIL je m’engage pour les « Agences Ouvertes » !!! Pour de vrai, sans blague, je cherche tout ce qui pourrait enfin rapprocher une agence de communication, d’un artiste en pleine action… Je me bats aussi pour voir s’afficher la qualité architecturale : Comme Avec Une Etincelle, le nouveau site du CAUE Gironde s’allume enfin sur tous les écrans.

 

MAI, voilà que Pierre Soulages a enfin son musée, il nous invite à voir le noir derrière le noir… Tandis qu’hélàs, je broie du noir : me voilà politiquement fatigué, d’une fatigue nationale si bien chantée par François Morel.

« Outrenoire » / Photos DR / Copyright Pierre Soulages.

 

 

Puis je poursuis ma route les pieds nus. Nous sommes déjà en JUIN, les performances artistiques se transforment en dépenses énergétiques… J’entre dans une maison, je m’assoie dans un salon et observe Véronique Lamare cirer un plancher « à fleur de sol ».

03.Depense.DR

 

Finalement, l’ETE est vite arrivé : entre festival estival et apéros de bobos, c’est la danse des Ministères, la Culture perd Aurélie pour cueillir Fleur au passage… RAS, on peut quand même noter la « Nuit 17 à 52 » où je découvre Christine and the Queens / Magique !

Rapide comme un tour de ronde : avec septembre en Cadences je retrouve Caroline Carlson et nous perdons Carlotta Ikeda, reine du butô !

 

… Cette année, me voilà trentenaire de ceux qui marchent pas après pas vers l’être que nous sommes…. Mais vous qui marchez derrière moi, vous qui me suivez sans trop savoir où le chemin vous mène, vous auriez tord de penser que j’ai le monopole de la CURIOSITE…

Nicolas Noël

 

En ce 6 décembre, à l’instar d’un Saint Nicolas généreux, j’ai été heureux d’offrir à mes Copines Curieuses, quelques jalons de mon parcours 2014. Suivez donc mon exemple, osez emprunter les itinéraires cachés, de ceux qui vous font plaisir à exploiter… Si pour moi, c’est plutôt « la Culture et ses Chemins creux » : quel sera votre itinéraire d’enfant curieux ?

Je vous embrasse, en espérant le parcourir bientôt.

Nicolas Chabrier

Blog de Nicolas : Zen News